Mont Mégantic

    Nous étions fébriles ce matin à l’idée de compléter cette série d’excursions sur les 10 montérégiennes. Le Mont Mégantic se démarquent des autres montagnes en raison du fait qu’il atteint 1105 mètres d’altitude, le double de celle qui le suit de plus près en terme d’élévation, le Mont Brome avec ses 553 mètres. Mais le but n’est pas nécéssairement de viser toujours plus haut mais de découvrir la beauté des paysages de chacune de ces montagnes, tout comme les différents points de vue qu’elles nous offrent du haut de leur sommet. Bref, chaque randonnée nous réserve ses trésors.

  La veille nous avons dormi chez une amie dans la magnifique ville de Sherbrooke question d’éviter de partir de Ville Sainte-Catherine et faire trop de route avant de débuter notre excursion. Sherbrooke est à environ 1h10 du Mont Mégantic alors qu’il faut compter 2h35 pour s’y rendre à partir de Ville Sainte-Catherine. Cette économie de temps nous permettra de commencer notre expédition plus tôt, mais aussi, nous fera bénéficier de la lumière du matin, car malgré l’abondance des nuages dans le ciel, nous avons eu droit à quelques percées de soleil.

 À peine un kilomètre avant d’arriver sur le lieu de notre expédition, nous empruntons une route paisible qui traverse une magnifique prairie ou broutent quelques chevaux avec le majestueux Mont Mégantic sur fond de tableau. La journée s’annonce magnifique ! Une fois arrivé dans le stationnement de l’accueil, presque désert en ce début de semaine, nous en profitons pour casser la croûte et faire le plein d’énergie avant de nous lancer sur les pistes. 

 Nous rejoignons ensuite le petit bâtiment adjacent au stationnement pour constater que plusieurs options de randonnées s’offrent à nous. Nous choisirons le sentier qui mène à l’observatoire. Un parcours de 11.2 km. Prévoyez un temps moyen de 5 hres pour compléter cette boucle. Chaque montérégienne abrite une ambiance particulière, mais celle-ci dégage un magnétisme palpable, peut-être à cause de sa taille, de sa proximité avec les appalaches, bref elle s’impose. Notons aussi sa composition géologique différente des autres montérégiennes, son sous-sol étant constitué en majeure partie de granite.

La randonnée débute en douceur. Le jolie ruisseau qui longe le début du sentier est peu dénivellé, le bruit de son écoulement permet à notre esprit de se libérer de ses tensions et à intégrer peu à peu l’ambiance calme et méditative qui y règne. L’instant parfait pour passer en mode contemplatif !

Quelques minutes sont à peine écoulées depuis notre départ que Renaud propose de tourner tout de suite le petit sketch que nous avions concocté quelques jours auparavant pour nourrir sa chaîne. ‘’La rencontre de la tique géante’’ 😊 ! Une rencontre fortuite qui laissera heureusement peu de séquelles et qui nous permettra de réserver le reste de notre temps, exclusivement, à profiter de notre randonnée. 

Au bout de quelques minutes la montagne se révèle en nous demandant un peu plus d’effort car la dénivellation commence à se faire sentir. Après une suite de montées intenses et de pauses ‘’suintantes’’ nous commençons à entrevoir entre les branches la chaîne de montagnes au loin, impressionnante, qui donne sur le New Hamshire, elle s’étire à l’infini, pour disparaître dans la brume.

 Nous prenons de plus en plus d’altitude. Au bout de 2 heures de marche, les quelques fasceaux de soleil qui nous parvenaient entre les branches se sont retirés. Le décors se transforme, le ciel se couvre peu à peu en une ambiance pré-tempête, le vent se met à souffler vigoureusement. Les rencontres se font rare, c’est à peine si nous avons rencontré 3 randonneurs tout au long de notre parcours. C’est comme si nous étions seul avec la montagne, sur le dos d’un géant qui ronflait bruyamment.

  La végétation au niveau d’où nous sommes présente un couvert forestier rempli de mousses et de lichens rappelant celles qui devaient exister à la période précambrienne. Mon imagination s’emballe au point d’imaginer une de ces structures végétales se détacher du sol pour prendre une forme quasi-humaine, sortant tout droit d’un film de Stephen King, se mettre à nous poursuivre…En espérant que nous atteindrons les portes de l’observatoire sous peu, bien sûr il y aura des chaines nous empêchant de nous réfugier à l’intérieur à l’abri….. nous laissant en pâture aux vilaines créatures difformes qui nous poursuivent. La nature qui se déchaîne me sort de mon délire et ramène mon esprit au présent, au même moment Renaud me lance ‘’Yeahhhh ! On arrive !!!!’’ 

Après un dernier effort, j’aperçois à mon tour l’immense dôme de l’observatoire. Cette grosse structure métallique jure avec mon décors ‘’précambrien’’ d’il y a quelques minutes ! Ma satisfaction d’être arrivé à bon port n’en est pas moindre. Il serait aussi, bien agréable de filer jusqu’au bas de la montagne à vélo par la superbe route asphaltée qui parvient jusqu’ici. Mais restons dans nos bottines de randonneurs et terminons notre boucle en fidèles adeptes de trekking.

Encore une fois, la descente sera beaucoup plus rapide. Le ciel restera couvert mais la pluie continuera de dormir paisiblement dans le ventre des nuages.

De ce côté de notre circuit, pour terminer la boucle, nous traverserons encore une fois le même décors de mousses et de lichens mais dès que nous perdrons peu à peu de l’altitude nous traverserons quelques clairières. Il est important de tenir avec soi une carte de la montagne car certaines jonctions peuvent vous faire dévier considérablement.

De retour à notre point de départ, on peut conclure que le défi était de taille comparativement à nos premières excursions, la dépense énergétique étant plus considérable. Mais la découverte en valait la peine. D’ailleurs le fait d’avoir complété le parcours des 10 montérégiennes ne constitut pas la fin de nos randonnées mais seulement la fin d’un chapitre. Et même si nous comptons sortir de notre ‘’zone montérégienne’’ pour nos prochaines escapades, il n’est pas exclut que nous revisitions éventuellement ces lieux car la plupart des montagnes offrent un choix de différents sentiers à parcourir et à découvrir ! Ne vous privez pas de ce plaisir !

Cette entrée a été publiée dans Plein air. Ajouter aux favoris ce lien.
Mario Landry
Mario Landry

Laisser un commentaire